Valorem lance un financement participatif pour un projet agrivoltaïqsue dans le Gers

Avec un objectif de 100 000 euros, la campagne de financement participatif de Valorem a pour objectif d’accompagner le développement du projet agrivoltaïque de Vergoignan et Barcelonne-du-Gers dans le Gers.

 

Cette levée de fonds est ouverte aux habitants de l’Occitanie et à ceux de la Communauté de communes d’Aire sur l’Adour, avec des conditions préférentielles pour ces derniers. Pour Laurence Raucoules, Cheffe de projet chez Valorem : « Ce parc agrivoltaïque est le premier développé par VALOREM dans le Gers, c’est la concrétisation d’un travail mené depuis de nombreuses années avec le territoire. Nous remercions les élus locaux qui soutiennent le projet, les partenaires qui ont à cœur de le faire avancer et toutes les personnes qui sont à nos côtés. Cette levée de fonds accompagne le développement d’un projet agrivoltaïque vertueux et durable, et témoigne ainsi de notre volonté de partager les retombées économiques avec le territoire. Il s’agit d’un placement concret, local et préférentiel qui constitue un moyen pour les épargnants de participer à la transition énergétique près de chez eux.

 

Conjuguer agriculture et énergies renouvelables avec l’agrivoltaïsme

 

VALOREM étudie en étroite relation avec deux porteurs de projet locaux et les Conseils municipaux de Barcelonne-Du-Gers et Vergoignan, la possibilité d’installer un parc agrivoltaïque sur des parcelles familiales de 48 ha. Historiquement dédiées aux activités d’élevage, celles-ci sont aujourd’hui inexploitées. Les propriétaires souhaitent remettre en place ces activités agricoles en y associant un projet de parc solaire. La présente campagne de financement participatif permet de financer les études nécessaires au développement du projet. La production de ce projet agrivoltaïque est estimée à 23 GWh par an. Cela correspond à 43 % de la consommation électrique d’une ville comme Auch (hors chauffage et eau chaude). Les rejets atmosphériques évités peuvent être estimés à 8 900 tonnes de CO2 par an.

Cet article est publié dans Actualités. Ajouter aux favoris.

Les commentaires sont fermés