Tour solaire à Bâle : la remarquable alliance de l'architecture et de la technologie solaire

La Grosspeter Tower de Bâle dessert immédiatement trois desseins d’un coup : elle est un hôtel, un bâtiment de bureaux et une centrale électrique. Les cinq étages inférieurs en constituent le socle et sont utilisés comme hôtel. Au-dessus se trouve une tour de bureaux de dix-sept étages. La façade se compose d’une trame de fenêtres à grande surface ainsi que de modules solaires à puissance de 440 kWc, qui capturent la puissance du soleil pour l’alimentation en énergie du bâtiment. Les installations électriques solaires sur les toits plats du socle et de la tour contribuent à 100 autres kW. 28 pour cent des besoins en énergie du building peuvent être couverts de cette manière à partir de l’énergie solaire.

L’utilisation solaire de la façade a constitué des défis particuliers pour la technologie du système énergétique. Environ 450 modules à couche fine de taille différente ont été montés sur une surface de 5.000 mètres carrés sur le pourtour du sol au sommet de la Grosspeter Tower. Il fallait donc d’emblée prendre en considération des tensions différentes des modules. Cette situation est renforcée en cours d’exploitation par le rayonnement du soleil, qui varie à tout moment sur les quatre côtés de la façade. Dans le quartier confiné de la gare de Bâle, les bâtiments voisins jettent par ailleurs encore de l’ombre sur les modules.

Afin d’obtenir le plus grand rendement possible en énergie dans ces conditions, l’entrepreneur solaire du projet, la société Planeco GmbH de Münchenstein a amené en jeu l’expertise de système de KACO new energy et des planificateurs solaires du « bureau énergétique » de Zurich. « Nous faisons face aux tensions de module différentes avec des optimiseurs de CC. Ceux-ci sont répartis sur de nombreuses armoires CC avec des interrupteurs CC télécommandés et raccordés respectivement à plusieurs chaînes de modules. Un niveau de tension harmonisé est ainsi créé. Pour des raisons de sécurité, nous mettons ensuite en œuvre un total de cinq bus CC pour le transport de l’électricité solaire dans le local technique au sous-sol. Un système de commande intervient également afin de mettre hors tension des étages individuels ou l’ensemble de l’installation », explique Georg Kress, directeur de projet aux côtés de KACO new energy.

Un onduleur central alimente l’électricité solaire dans le réseau d’alimentation pour l’hôtel et les bureaux de la tour. La mise à la terre nécessaire des modules à couche fine est également prise en charge par l’onduleur. Des enregistreurs de données informent le système technique du bâtiment de l’état de la distribution d’énergie et ils autorisent une surveillance à distance.

La tour de bureaux et d’hôtel à façade et à toit solaires qui réunit efficacement l’architecture et la technique solaire a été récompensée deux fois au mois d’octobre dernier par le « Prix Solaire Suisse » et par le Prix d’architecture de technologie solaire intégrée dans le bâtiment ».
Plus d’infos…

Cet article est publié dans Actualités. Ajouter aux favoris.

Les commentaires sont fermés