Reprise radieuse pour le marché photovoltaïque européen qui progresse de 10 GW

Le marché mondial du Photovoltaïque passerait-il à la vitesse supérieure ? Telles sont les conclusions d’une récente étude de GTM Research. Rien qu’en 2018, la croissance annuelle des nouvelles capacités devrait franchir pour la première fois le cap symbolique des 100 GW. En Europe, en particulier, la photovoltaïque enregistre une véritable embellie : à en croire les analystes, après bien des années, le parc européen devrait pour la première fois de nouveau voir ses capacités progresser de plus de 10 GW. L’année passée déjà, il avait ajouté 8,61 GW, soit une hausse annuelle de 28 pour cent.

Le photovoltaïque brille en raison de la baisse des coûts
l’origine de ces bons chiffres : les appels d’offres et les contrats de vente d’électricité de gré à gré où le photovoltaïque brille en raison de la baisse des coûts. L’autoconsommation de l’électricité solaire très en vogue nourrit aussi cette croissance. Le marché photovoltaïque européen est en phase de reprise : en 2018, sa croissance devrait dépasser les 30 pour cent, outre en Allemagne, essentiellement aux Pays-Bas, en Espagne et en France. En Espagne et aux Pays-Bas, plus d’un gigawatt de nouvelles capacités sera installé cette année pour la première fois. D’ici fin 2019, l’Espagne entend également ériger des centrales solaires de grande puissance représentant près de 4 GW. La raison ? Dans le cadre des appels d’offres étatiques, le photovoltaïque peut s’avérer plus avantageux que l’éolien. En France aussi, le temps est au beau fixe : quelque 20 GW devraient être installés d’ici 2023. côté des grandes centrales solaires, les installations de petite puissance et l’autoconsommation sont soutenues par un système d’appels d’offres.

Une multitude de moteurs de croissance dynamise les marchés

Différents facteurs expliquent l’envolée du marché européen. Le développement des marchés dépend de moins en moins des programmes de soutien mis en place par les différents États. Au contraire, ils profitent de la baisse des coûts et des innovations technologiques. Par ailleurs, de nouveaux modèles d’affaires et de commercialisation, comme les contrats de vente d’électricité de gré à gré, l’autoconsommation collective et le couplage sectoriel, ouvrent de nouveaux domaines d’activité. L’engouement pour le solaire se retrouve aussi chez les grands énergéticiens comme EDF, Enel, E.ON, innogy, Statoil et Vattenfall. En Europe, les incitations politiques (appels d’offres, net metering , électricité citoyenne) se multiplient. En France, par exemple, le volume annuel des appels d’offres photovoltaïques doit passer à 2,45 GW à partir de 2018.

l’instar d’autres pays, la rentabilité grandissante du solaire en Italie est l’un des principaux facteurs de cet essor : les contrats de vente directe ou l’autoconsommation et le segment du repowering sont de puissants accélérateurs. Ainsi, les anciennes centrales d’une puissance maximale de 20 kWc peuvent accroître leur puissance sans que leurs exploitants ne perdent le bénéfice des tarifs de rachat. Selon les prévisions, le marché photovoltaïque espagnol devrait progresser cette année d’un facteur 35 pour passer de 40 MW en 2017 à 1,4 GW en 2018. Ici aussi, les appels d’offres publics concernent la majorité des projets solaires. cela s’ajoute l’ambition d’atteindre les objectifs de développement des énergies renouvelables fixés par la Commission européenne. Conformément à ceux-ci, les énergies renouvelables doivent représenter 20 % de la consommation totale d’énergie en 2020 et 30 % en 2030.

Hausse de l’autoconsommation en Allemagne

Aux Pays-Bas, le modèle de rémunération du net metering pour les installations solaires résidentielles et tertiaires est plébiscité par les particuliers et les professionnels. L’Allemagne a su revenir dans la course notamment grâce à la baisse des coûts, aux appels d’offres et à la hausse de l’autoconsommation. Son marché des solutions d’autoconsommation profite aussi de la nécessité imminente de moderniser les installations solaires en place qui sortiront du mécanisme des tarifs d’achat garantis prévu par la loi allemande sur les énergies renouvelables (loi dite EEG) au bout de 20 ans de fonctionnement à compter du 1er janvier 2021. D’autres modèles d’autoconsommation sauront aussi redynamiser le marché.

Intersolar Europe reflet des thématiques, tendances et moteurs de croissance

Du 20 au 22 juin 2018 à Munich, Intersolar Europe sera l’occasion d’étudier plus finement les évolutions et tendances qui animent la filière. Pour la première fois, l’édition 2018 de ce rendez-vous international incontournable des professionnels du secteur se tiendra en parallèle de quatre autres salons spécialisés sur l’énergie dans le cadre de la plate-forme The smarter E Europe. Intersolar Europe est le carrefour idéal pour débattre et promouvoir les nouveaux effets de synergie à l’œuvre sur les différents marchés. Les fabricants de produits solaires et les prestataires de services ont précisément su tirer parti dans le passé de nouveaux domaines d’activité, qu’ils peuvent à présent combiner avec le marché classique du photovoltaïque en phase de reprise comme dans le cas de l’électromobilité. Cette convergence sectorielle accrue se reflète aussi au niveau de la nouvelle plate-forme d’innovation The smarter E Europe, qui réunit quatre salons professionnels consacrés à l’énergie, notamment Intersolar Europe. The smarter E Europe se décline aussi en un salon spécialisé de la mobilité électrique et des infrastructures de recharge, Power2Drive Europe, et jette ainsi un pont entre le secteur des transports et la filière solaire. Outre Intersolar Europe et Power2Drive Europe, The smarter E Europe regroupe le salon ees Europe et la toute nouvelle manifestation EM-Power.
Plus d’infos…

Cet article est publié dans Actualités. Ajouter aux favoris.

Les commentaires sont fermés