Solarplaza : La présidentielle de 2012, un enjeu de taille pour le photovoltaïque

L’énergie sera l’un des thèmes de la campagne présidentielle de 2012. Quels défis pour les candidats et les acteurs du photovoltaïque ? Réponse lors de la conférence Solarplaza sur le solaire organisée le 10 novembre à Lyon. Eva Joly qui prévient qu’elle ne participera pas à un gouvernement sans engagements écologistes clairs de la part du PS, la ministre de l’écologie NKM qui qualifie de dépassée l’écologie de François Hollande, le gouvernement qui vante dans la presse le bilan du Grenelle de l’Environnement quatre ans après sa mise en place Pas de doute : le développement durable sera l’un des thèmes de l’élection présidentielle en 2012, sinon l’un des enjeux.

Pour Arnaud Gossement, avocat spécialisé en droit de l’environnement et de l’énergie, deux raisons majeures expliquent la résurgence de l’énergie au cœur du débat politique. D’abord, le pouvoir d’achat et cette hausse du prix de l’énergie qui préoccupe toujours davantage les Français. Ensuite, deux actualités récentes : l’accident nucléaire survenu à la centrale de Fukushima et la mobilisation contre l’exploitation des gaz de schiste. Ces deux derniers dossiers concernent les énergies du passé, relève Arnaud Gossement. Le défi aujourd’hui pour nos politiques est de parler du futur -déjà d’ailleurs notre présent- à savoir des énergies renouvelables et des économies d’énergie qu’elles impliquent.

Autre enjeu de taille, selon le spécialiste, mais pour les acteurs du développement durable cette fois : convaincre les candidats à la fonction suprême que les énergies renouvelables seront l’économie de demain. Si la France ne se positionne pas très vite sur le marché, prévient Arnaud Gossement, elle sera rapidement dépassée par d’autres pays qui dont déjà fait ce choix là, l’Allemagne notamment.

A ce sujet, Enerplan, l’association professionnelle de l’énergie solaire, espère convaincre les équipes en campagne que le secteur photovoltaïque est à même de créer 100.000 emplois en France d’ici à 2020. Soit on investit en 2012 et on obtient une industrie digne de ce nom, soit on reste avec une politique sans ambition telle que nous la connaissons aujourd’hui et là, on aura une balance commercial déficitaire d’1,5 milliard d’euros en 2020, résume Richard Loyen, le directeur général d’Enerplan.

Alors que les Etats Généraux du Soleil se sont réunis la semaine dernière à Paris, leurs propositions seront notamment au cœur de la conférence internationale sur l’avenir solaire organisée à Lyon, le 10 novembre prochain, à l’initiative de Solarplaza. Ce rendez-vous majeur accueillera des experts de la filière : professionnels du secteur, représentants de l’État, développeurs de projets, experts financiers… Ces spécialistes présenteront les perspectives d’évolution du marché français et partageront leurs expériences et leurs connaissances dans le domaine de l’énergie solaire en France.
Plus d’infos…

Cet article est publié dans Actualités. Ajouter aux favoris.

Les commentaires sont fermés