L'ouragan Maria reporte sine die la construction d'une centrale PV et plombe le résultat net du groupe GEP

« Depuis plusieurs exercices, le groupe GEP enregistre des résultats positifs permettant de conforter ses fonds propres, qui s’élèvent à 8,8 M€ à fin juin 2017. Le Groupe se déploie à l’international et se positionne pour construire des centrales clés-en-main. En 2017, le développement du groupe est toutefois freiné par les événements climatiques qui ont touché la région des Antilles en septembre 2017 : l’ouragan Maria a violemment frappé l’île de Porto Rico sur laquelle GEP devait démarrer la construction d’une centrale photovoltaïque de 26 MWc. Au regard de la situation de l’île, la mise en œuvre de la construction, qui devait être initiée au 2nd semestre, est reportée sine die, impactant de ce fait les perspectives du groupe à court terme » explique Jean-Marie Santander, président directeur général du groupe GEP.

L’ouragan Maria, qui a dévasté l’île au cours du mois de septembre 2017, a ainsi stoppé net le projet de construction de la centrale photovoltaïque de 26 MWc pour lequel le Groupe avait réalisé de nombreuses études techniques, qui représentaient une facturation de 2 496 K€ dans les comptes clos au 31 décembre 2016. Au 30 juin 2017, une partie de cette facturation a été annulée et les dépenses engagées qui conservent de la valeur (compte tenu du redémarrage probable du projet dans les mois à venir) ont été comptabilisées à l’actif pour 1 029 K€. L’impact sur le 1er semestre 2017 de l’arrêt de la construction de la centrale de Véga Séréna représente ainsi une perte nette de -1 467 K€ (1 894 K€ de charges non courantes et 427 K€ de produits opérationnels).

Perspectives en France et à l’étranger

Compte-tenu de la suspension sine die de la construction du chantier photovoltaïque de Vega Serena (26 MWc) à Porto Rico et du retard pris dans l’attribution définitive du chantier éolien de Mauritanie (100 MW), l’objectif de 120 M€ de chiffre d’affaires et de 32 M€ d’EBITDA est caduc pour l’exercice 2017. Le groupe ne manquera pas de communiquer dès qu’il aura plus de visibilité sur ces deux opérations majeures.
▪ En France, GEP a obtenu quatre permis de construire dans l’Aude pour construire :
- Une centrale photovoltaïque au sol de 4,4 MWc ;
- Un complexe agro-solaire de 33 000 m² de serres d’une puissance photovoltaïque de 3,85 MWc ;
- Un complexe agro-solaire de 33 000 m² de serres d’une puissance photovoltaïque de 3,85 MWc ;
- Deux centrales de cogénération de 4,4 MWe.
Pour rappel, GEP a déjà construit et livré en 2012 un complexe agro-solaire de 50 000 m² avec 3,49 MWc de panneaux photovoltaïques.GEP développe également deux sites éoliens dans l’Aude, pour une puissance prévisionnelle de 36 MW chacun.

▪ A l’étranger, et au-delà de Vega Serena à Porto Rico, GEP travaille sur plusieurs projets :
- En Mauritanie, GEP a répondu à un appel d’offres international pour construire une centrale éolienne de 100 MW ;
- Au Vietnam, le groupe cherche à finaliser un contrat pour la construction clés-en-main d’une centrale photovoltaïque de 16 MWc et négocie d’autres projets dans le pays ;
- En Tunisie, GEP répond à un appel d’offre international pour construire une centrale photovoltaïque de 10 MWc ;
- En Espagne, GEP cherche à finaliser l’acquisition d’une société portant les droits d’une centrale photovoltaïque de 12 MWc ;
- En Afrique subsaharienne de l’ouest, GEP travaille sur plusieurs projets éoliens et photovoltaïques ;
- En Ukraine, GEP a signé un accord avec une société française spécialisée dans le développement et l’ingénierie de projets ENR dans ce pays.

Encadré
Les comptes en quelques chiffres

Les comptes semestriels consolidés 2017 ont été arrêtés par le Conseil d’administration de Global EcoPower, constructeur de centrales de production d’électricité́ à partir d’énergies renouvelables, lors de sa réunion du 25 octobre 2017.
▪Global EcoPower a enregistré un chiffre d’affaires semestriel consolidé de 12 670 K€, réalisé à 100% en France, représentant une croissance de +36% par rapport au 1er semestre 2016.
▪L’EBITDA semestriel s’est établi à 1 347 K€, soit 10,6% du chiffre d’affaires contre 6,7% au 1er semestre 2016. Cette progression de +116% de l’EBITDA provient de la marge dégagée sur la centrale éolienne de Perles, d’une puissance de 12,3 MW.
▪Alors que le résultat opérationnel du semestre s’élève à 1 354 K€, contre -245 K€ au 30 juin 2016, le résultat net part du groupe ressort en perte à -659 K€, pénalisé par le report de l’opération de Vega Serena à Porto Rico.
Plus d’infos…

Cet article est publié dans Actualités. Ajouter aux favoris.

Les commentaires sont fermés