HoloSolis et l’IPVF développent ensemble le solaire du futur sur fond de technologie pérovskite

Engagée dans la construction de l’une des plus grandes usines européennes de panneaux photovoltaïques, à Hambach en Moselle – lancement de la production prévu en 2025 – HoloSolis annonce un partenariat de R&D avec l’Institut Photovoltaïque d’Île-de-France (IPVF), acteur de référence pour les technologies en couches minces à base de pérovskite. Vous avez dit anticipation technologique ?

 

Les technologies en couches minces à base de pérovskite suscitent, depuis 10 ans, une intense émulation au sein de la communauté de recherche mondiale, et l’émergence d’un écosystème complet, associant grands groupes, startups, laboratoires, clusters et investisseurs. L’association du pérovskite au silicium fait la promesse de gains d’efficacité en rupture avec les technologies actuelles du solaire photovoltaïque. Ainsi, ce « tandem » affiche en laboratoire une efficacité énergétique record de 32% alors qu’elle est de 26.7% pour les cellules silicium.

 

Multiplier les passerelles entre recherche fondamentale et applications industrielles

 

« Le partenariat entre HoloSolis et l’IPVF porte, précisément, sur le développement de la cellule silicium-pérovskite à deux terminaux (dite 2T). Entre autres champs d’application, il vise à « dérisquer » la nouvelle technologie, en améliorant la stabilité et la tenue de la pérovskite dans l’empilement de couches minces. Un préalable indispensable à une production à grande échelle », explique Jan Jacob Boom-Wichers, le président d’HoloSolis. L’IPVF est le partenaire idéal pour relever ce double défi technologique et industriel.

Il fait partie des sept Instituts pour la Transition Energétique (ITE) créés par l’Etat français au début des années 2000 pour accélérer le développement des énergies décarbonées, en multipliant les passerelles entre recherche fondamentale et applications industrielles. A ce titre, et grâce aux partenariats noués au sein de la filière, l’IPVF constitue une porte d’entrée sur l’ensemble des centres œuvrant pour l’accélération de la transition énergétique. Implanté à Paris-Saclay, l’IPVF et ses 150 chercheurs mettent en œuvre une R&D de pointe sur la cellule photovoltaïque à pérovskite. « Nous accompagnons HoloSolis dans la construction d’une trajectoire technologique différenciante : trouver le bon process de fabrication, la bonne équation économique et le bon timing pour la mise en orbite du tandem silicium-pérovskite. Sur un marché photovoltaïque marqué par une innovation permanente, une concurrence mondiale acharnée et une pression constante sur les coûts de production, l’anticipation des technologies et l’organisation de leur montée en puissance revêtent une importance décisive », explique Roch Drozdowski-Strehl, directeur général de l’IPVF.

 

Prendre le bon train technologique

 

Dans cette perspective, HoloSolis conçoit la Gigafactory de Hambach dans une architecture modulaire, extensible, où pourront s’insérer sans difficulté des nouvelles chaines de production et des extensions de lignes, adaptées à des technologies de rupture telles que les technologies tandem silicium-pérovskite

HoloSolis se positionne en pièce maîtresse de la reconquête du solaire par l’industrie européenne, sur un marché aujourd’hui écrasé par la Chine, qui fournit 95% des panneaux photovoltaïques installés en Europe. En plein régime, à partir de 2027, la méga-usine mosellane emploiera 1700 salariés et produira chaque année 10 millions de panneaux photovoltaïques, soit l’équivalent des besoins énergétiques d’un million de foyers. Sa capacité de production s’élèvera à 5 gigawatts (GW) par an. A titre de comparaison, la plus grande usine européenne de production de panneaux solaires, à Catane en Italie, devrait atteindre une capacité de 3 GW en 2024. « Le partenariat avec HoloSolis nous donnera accès à un outil industriel de premier plan mondial. Un levier incomparable pour améliorer la robustesse et le rendement de la technologie silicium-pérovskite, optimiser les process de production et parvenir rapidement à des coûts compétitifs. La décarbonation et la souveraineté énergétique requièrent une accélération du temps, une fluidité entre recherche qui anticipe et production qui massifie. Nous sommes fiers de contribuer, au travers de ce partenariat, à un grand projet français et européen de lutte contre le réchauffement climatique. », souligne Roch Drozdowski-Strehl.

 

Dans le respect des meilleures normes environnementales et sociales

 

HoloSolis dispose en la matière de solides atouts. Pour exemple, EIT InnoEnergy, l’un de ses trois membres fondateurs (aux côtés du Groupe IDEC et de TSE), est un puissant investisseur dans les cleantechs et les énergies durables, avec un portefeuille de 180 entreprises. Co-fondé par l’UE, l’organisme a créé de vastes alliances stratégiques pour construire une industrie européenne des batteries électriques, de l’hydrogène vert, de l’acier décarboné et du photovoltaïque. « L’Europe, à travers le Net Zero Industrial Act (NZIA) va rebâtir la chaine de valeur pour la production photovoltaïque en Europe : 40% des panneaux photovoltaïques et de leurs composants installés en Europe en 2030 devront être fabriqués en Europe. Notre objectif commun est que ces produits aient aussi un bas bilan carbone, soient 100 % traçables et respectent les meilleures normes environnementales et sociales »,  conclut Jan Jacob Boom-Wichers.

 

Encadré

Quid de l’IPVF ?

Créé en 2014, l’IPVF est un Institut pour le Transition Energétique construit autour de leaders de l’industrie, de la recherche publique, et d’équipementiers. Basé sur le plateau de Saclay, l’IPVF regroupe 150 chercheurs et une plateforme technologique d’une centaine d’équipements de fabrication et de caractérisation des cellules solaires photovoltaïques.

Cet article est publié dans Actualités. Ajouter aux favoris.

Les commentaires sont fermés