Eloge de l'optimisation des onduleurs de cha®ne de forte puissance par Christophe Odièvre (Delta)

Christophe Odièvre (Delta), Sales Manager Delta Energy System France évoque l’optimisation des onduleurs de chaîne de forte puissance comme alternative aux onduleurs centralisés pour une nouvelle tendance dans le design des très grandes toitures et centrales au sol. Partage d’expériences !

Toujours plus de puissance dans toujours moins de place : telle est la philosophie du groupe Delta, fabricant d’onduleurs solaires depuis 1999, pour toutes ses évolutions de machines. C’est ainsi que le département Recherche et Développement du groupe a travaillé d’arrache-pied ces 8 dernières années pour réussir à faire passer la densité de puissance d’un ratio de 96 kW par mètre cube à 815 kW par mètre cube, performance atteinte par le dernier onduleur Delta M88H dont le lancement officiel est planifié fin Mars 2017.

Au-delà de la puissance intégrée par kilogramme, ce qui compte avant tout pour Delta dans la conception d’un onduleur de chaine de forte puissance est le rapport entre la taille et la puissance de cet onduleur. Pour exemple, le nouvel onduleur Delta M88H (64 cm de haut, 61,5 cm de large et 27,5 cm de profondeur pour 88 kVA) est encore plus petit que le Solivia 15 TL (15 kVA), lancé en 2009, qui était déjà « petit » à l’époque pour sa classe de puissance. Constat encore plus criant quand on sait que le M88H intègrent en plus de l’unité de puissance (30 % plus petite que celle du Solivia 15 TL) un coffret de jonction DC intégrant toutes les protections et organes de sectionnement conformes UTE, ce qui n’était pas le cas du Solivia 15 TL…

Plus économique, plus flexible et beaucoup moins contraignant qu’un onduleur centralisé

La tendance générale du marché français comme européen confirme la stratégie ressentie par Delta lorsque le groupe a décidé d’investir massivement il y 9 ans dans le design d’onduleurs de chaine de forte puissance (sup à 15 kVA à l’époque): la montée en puissance des onduleurs dans le même temps que la baisse de leurs prix rendent l’onduleur centralisé de moins en moins compétitif voire plus cher qu’une solution décentralisée. De récentes études comme des retours d’expérience probants prouvent aujourd’hui un peu partout en Europe comme dans le monde que même à coût d’investissement équivalent (euro/VA), les onduleurs de chaîne ont des coûts d’installation et d’exploitation souvent inférieurs aux onduleurs centraux du fait, par exemple, de l’absence de gros travaux de génie civil à prévoir ou du recours systématique à des installateurs et une main d’œuvre habilités entre autre.

Un choix plus serein

Autre point retenant aujourd’hui l’attention des développeurs et investisseurs : employer des onduleurs de chaîne dans les grandes centrales solaires les affranchit du risque de tout concentrer chez un fabricant et sur un seul produit comme de s’affranchir des contrats d’entretien annuels imposés par le fabricant au profit d’une maintenance locale par tout électricien. Un onduleur centralisé de 1 MW en panne coûtera environ 500 € par jour de perte d’exploitation pour le propriétaire de l’installation contre 44 € seulement pour un onduleur de 88 kVA.
Contrairement à l’onduleur centralisé, un onduleur de chaine peut être changé dans la journée grâce à un stock « spare » sur place

Densité de puissance en kW/m3

Plus flexibles car multi MPPt donc beaucoup plus simples à dimensionner, les onduleurs peuvent être logés sous des tables permettant ainsi une installation simplifiée et des économies de câblage. Les onduleurs délivrent leurs pleines puissances de sortie à des températures ambiantes pouvant aller selon le modèle jusqu’à 48 °C en pleine alimentation grâce à des ventilateurs externes démontables même en pleine en production dans le cadre par exemple de campagnes d’entretien préventif annuel. Par choix réfléchi, Delta n’intègre aucune pièce en mouvement dans l’onduleur pour des raisons techniques évidentes telles que l’impossibilité d’intervenir autre part que dans un laboratoire pour changer un ventilateur interne, par exemple, sans ouvrir l’onduleur et menacer ainsi l’étanchéité de la cage de Faraday.

A la recherche de la compétitivité

En conclusion, il faudra encore du temps et de la présence aux côtés de nos clients pour argumenter et faire passer notre message mais nous sommes confiants à la vue de leur évolution positive rapide. Dans l’idée de ces quelques réalisations faites par Delta ces deux dernières années en France comme au-delà des frontières, bon nombre de clients ou prospects héxagonaux postulant aux appels d’offre nationaux ont contacté Delta ces derniers mois afin de leur proposer des alternatives de chiffrage et de dimensionnement à des solutions initialement pensées en centralisé.
Plus d’infos…

Cet article est publié dans Actualités. Ajouter aux favoris.

Les commentaires sont fermés