Diego Pavia CEO d’EIT InnoEnergy réagit au plan d’action RePower EU

La Commission Européenne a proposé hier son plan d’action RePower EU pour mettre fin à la dépendance de l’EU au gaz naturel russe. Diego Pavia, CEO d’EIT InnoEnergy réagit sur les sujets de la sécurité énergétique et sur le solaire.

 

- En matière de sécurité énergétique :

 

“EIT InnoEnergy se félicite du nouvel objectif de 45 % de production d’énergie renouvelables et des mesures visant à lever les goulets d’étranglement liés au déploiement, comme l’octroi de permis, annoncés hier dans les documents de REPower EU. Depuis des années maintenant, les énergies renouvelables sont moins chères que les combustibles fossiles traditionnels et cela n’a été possible que grâce à des investissements importants dans des technologies nouvelles et innovantes. Leur déploiement comme le développement du stockage de l’énergie doivent aller de pair avec une augmentation de la capacité de production. Nous sommes fiers d’être au cœur des investissements dans l’énergie solaire, le stockage et l’éolien offshore flottant, qui sont des piliers essentiels pour l’avenir des énergies renouvelables en Europe et qui garantissent une sécurité énergétique à faible coût pour les générations futures. Mais l’investissement seul ne résoudra pas tout, et notamment la sécurité énergétique. Nous devons favoriser un environnement où les innovations traversent les frontières de l’Europe et où les idées transcendent les entreprises pour soutenir la prospérité économique de la région. Dans ce contexte, il est formidable de voir la création d’une Alliance européenne de l’industrie solaire, qui s’appuie sur la dynamique de l’Initiative Solaire Européenne. Nous sommes prêts à poursuivre le travail, en nous inspirant du succès de l’Alliance européenne des batteries et du Centre européen d’accélération de l’hydrogène vert.”

 

- En ce qui concerne le solaire :

 

“Notre dépendance à l’égard des technologies importées dans le domaine du solaire menace notre capacité à récolter les bénéfices – en termes de croissance et de création d’emplois – des 45 GW supplémentaires de capacité photovoltaïque solaire qui seront installés chaque année jusqu’en 2030. Nous ne pouvons pas échanger notre dépendance au gaz russe contre du solaire importé. Il est juste que notre ambition de développement soit servie par une chaîne de valeur européenne complète, du polysilicium aux modules, avec le potentiel de conquérir un marché de 40 milliards d’euros par an et de créer 400 000 nouveaux emplois en Europe. L’objectif de 45 % de sources d’énergie renouvelables fixe une ambition claire pour notre futur bouquet énergétique, mais pour y parvenir, nous devrons investir dans de nouvelles start-ups et collaborer entre les acteurs du marché afin d’accélérer le déploiement de notre fabrication solaire. Sans tout cela, nous risquons de ne pas les atteindre. L’Alliance européenne de l’industrie solaire, qui s’appuie sur la dynamique de l’Initiative solaire européenne, est un moyen essentiel de soutenir cette orientation.”

 

Cet article est publié dans Actualités. Ajouter aux favoris.

Les commentaires sont fermés