De la lutte ouvrière au combat pour le climat : Carmaux invente le cadastre solaire

Située dans le Tarn en région Midi Pyrénées, Carmaux est la commune emblématique du charbon et de la verrerie. Connue pour être le berceau de la lutte ouvrière symbolisée par le combat de Jean Jaurès, Carmaux devient aujourd’hui une commune précurseur dans la mise en place d’actions contribuant efficacement à la transition énergétique avec le déploiement de l’aérovoltaïque via un cadastre solaire et lance son premier salon éco-énergie. Explications !

Depuis des années, la ville de Carmaux s’engage pleinement dans le champ de la transition énergétique afin de faire face aux enjeux du climat. Cet engagement est marqué par la mise en place d’une charte de développement durable, où sont programmées les actions, les enjeux et les ambitions de la collectivité. Les actions mises en place par la ville de Carmaux visent à réduire la consommation énergétique des bâtiments communaux, à diminuer les émissions de gaz à effet de serre dans les transports, à développer les énergies renouvelables ou encore à éduquer à l’environnement et à la participation citoyenne. Mais Carmaux est allée plus loin encore.

Cadastre solaire : un outil de planification solaire innovant

A l’aube de la COP21 fin novembre, Carmaux présente pour la première fois en France, l’intérêt que revêt la réalisation d’un cadastre solaire réalisé à l’échelle d’une commune. Cet outil sera indispensable dans la mise en œuvre des territoires à énergies positives à l’horizon 2016, comme pour la généralisation des bâtiments publics à énergie positive (horizon 2018) spécifié dans la loi sur la transition énergétique. Avec un investissement de 2 500 000 euros et un amortissement en 10 ans, ce « recensement solaire » qui sera suivi de l’équipement des toitures, a permis à Carmaux de connaître très précisément le potentiel solaire de ses toitures et d’identifier les besoins des bâtiments pour bâtir un plan d’ampleur de projets d’équipements solaires. 48 sites équipés avec des panneaux adaptés aux besoins (production de chaleur, ventilation, eau chaude ou revente d’électricité à EDF) ont ainsi été recensés par la société Biocénose. « Avec ses 48 sites équipés de panneaux solaires, dont 14 en aérovoltaïque, en partenariat avec la société française Systovi spécialiste de cette technologie, Carmaux est une ville engagée dans l’eco-responsabilité », comme le souligne Alain Espié, maire de Carmaux avant d’ajouter : « L’idée du projet est d’aller vers l’autonomie énergétique, grâce aux ressources renouvelables. »

1er salon éco-énergies de Carmaux

Dans un contexte mondial et national où la transition énergétique et la COP21 prévue fin 2015 à Paris occupent l’actualité, la ville de Carmaux a organisé, début octobre 2015, son 1er salon éco énergies qui représente le prolongement de ses actions engagées par la ville dans le champ de la transition énergétique. Ce salon a été également le prolongement de la nuit de la thermographie et de la campagne de thermographie réalisée sur les façades des logements d’une partie du centre-ville début d’année 2015. Les énergies renouvelables, une isolation efficiente, des citoyens conscients et informés constituent des facteurs déterminant pour répondre au dilemme que constitue l’évolution de la demande énergétique face à la nécessaire réduction des émissions de CO2. Carmaux, actuellement seule collectivité française à avoir développé un vaste projet photovoltaïque et surtout aérovoltaïque d’envergure souhaite montrer la voie des comportements plus vertueux à ses citoyens.

Cet article est publié dans Actualités. Ajouter aux favoris.

Les commentaires sont fermés