Crise Climatique : Les militants pour le climat appellent à la suppression des obstacles aux énergies renouvelables en Afrique

Parmi les principaux obstacles à l’adoption des énergies renouvelables identifiés sur le continent africain figurent le manque de sensibilisation, les compétences techniques et le savoir-faire limités !

Alors que l’Afrique se célèbre à la ‘’Journée de l’Afrique le 25 mai’’, 350Africa.org a dévoilé les résultats d’une étude sur les obstacles aux politiques en matière d’énergies renouvelables et de changement climatique dans certaines parties de l’Afrique de l’Ouest. Parmi les principaux obstacles à l’adoption des énergies renouvelables identifiés dans la région figurent le manque de sensibilisation, les compétences techniques et le savoir-faire limités, les investissements limités, les mécanismes financiers inadéquats pour faciliter et promouvoir les investissements dans le domaine des énergies renouvelables, le manque d’incitations fiscales, le manque d’usines de fabrication et d’assemblage locales, l’insuffisance des cadres politiques et réglementaires.

 

Eviter l’aggravation des impacts climatiques

L’étude s’est concentrée sur l’état des énergies renouvelables au Bénin, au Togo, au Ghana et au Nigeria, mettant en évidence les domaines d’intervention potentiels pour soutenir l’adoption des énergies renouvelables et favoriser une transition juste vers les énergies renouvelables sur le continent. Le rapport a identifié le besoin d’une promotion forte et régulière des énergies renouvelables dans les pays ciblés, en sensibilisant à leurs avantages et opportunités, en supprimant les barrières financières, en mettant en œuvre des politiques favorables, en encourageant l’innovation et la recherche, ainsi qu’en améliorant les compétences des travailleurs. Le rapport a été lancé alors que les organisations de la société civile et les groupes de base du réseau Afrika Vuka (https://apo-opa.info/3OGZY08) ont organisé des actions à travers le continent pour souligner le rôle des énergies renouvelables comme solution aux crises énergétiques et climatiques de la région. Ils ont souligné la nécessité de lever les obstacles à la mise en place de systèmes d’énergie renouvelable centrés sur les communautés et à l’abandon progressif des combustibles fossiles, afin d’éviter l’aggravation des impacts climatiques, pour un continent qui souffre déjà de manière disproportionnée de ces impacts.
« Alors que notre continent est malheureusement en première ligne de la crise climatique que nous avons peu contribué à provoquer, nous avons la chance d’avoir accès à certaines des solutions. La richesse du potentiel de l’Afrique en matière d’énergies renouvelables offre une excellente occasion au continent de répondre à ses propres besoins énergétiques, mais aussi de prendre les devants pour la transition énergétique mondiale. Ce qu’il faut, ce sont des efforts concertés de la part des gouvernements et des autres parties prenantes pour lever les obstacles aux énergies renouvelables – à commencer par le financement et la politique – en créant un environnement réglementaire favorable à leur adoption, en accélérant l’abandon des combustibles fossiles polluants, tout en investissant de manière cohérente dans l’alimentation de solutions d’énergie renouvelable centrées sur la communauté qui sont absolument essentielles pour s’assurer que nous évitons des impacts climatiques catastrophiques et que nous garantissons un avenir vivable pour nous tous. » confie Landry Ninteretse, directeur régional, 350Africa.org.

« Il est essentiel de continuer à promouvoir un avenir énergétique durable fondé sur les énergies renouvelables »

 

Michael Terungwa, militant pour le climat et fondateur – Initiative mondiale pour la sécurité alimentaire et les écosystèmes (GIFSEP), Nigéria a par ailleurs déclaré : « Nous avons besoin de systèmes énergétiques sûrs, fiables et durables pour faire tourner nos économies. Nous ne pouvons pas nous permettre de continuer à dépendre de combustibles fossiles polluants, car cela a entraîné une crise climatique qui dévaste les communautés. L’année dernière, le Nigeria a subi des inondations qui ont entraîné la perte de centaines de vies et le déplacement d’environ 1,5 million d’autres personnes. Nous comptons sur la volonté politique de nos nouveaux dirigeants pour ouvrir la voie à la transition juste dont le Nigeria a tant besoin, en mettant en œuvre des politiques pertinentes qui créent un environnement propice à l’adoption des énergies renouvelables. » Pour Raïssa Oureya de la Coalition pour les énergies renouvelables « la Coalition pour les Energies Renouvelables (REC), récemment lancée par des groupes de base au Bénin et au Togo, a pour objectif de plaider en faveur de l’adoption des énergies renouvelables dans ces deux pays qui disposent d’un grand potentiel dans ce domaine, mais qui dépendent encore fortement des importations d’énergie. Il est essentiel de continuer à promouvoir un avenir énergétique durable fondé sur les énergies renouvelables afin de renforcer la sécurité énergétique et de faire face à la crise climatique. » Et Ferron Pedro, responsable de campagne en Afrique du Sud, 350Africa.org de conclure : « La crise énergétique en Afrique du Sud est un rappel brutal des dangers de la dépendance aux combustibles fossiles. Un avenir énergétique juste fondé sur des énergies renouvelables détenues par la société est possible et nécessaire pour garantir l’accès à une énergie abordable et sûre pour tous, tout en créant des millions d’emplois écologiques. Nous appelons à la transparence et à une participation publique significative dans la mise en œuvre des programmes de transition énergétique juste afin de garantir que les besoins et les intérêts des travailleurs, des communautés et des groupes marginalisés soient placés au centre du développement des industries locales d’énergie renouvelable créatrices d’emplois. »

)

Cet article est publié dans Actualités. Ajouter aux favoris.

Les commentaires sont fermés