Solardis plaide pour l'autoconsommation d'électricité avec réinjection du surplus

Sans attendre la mise en place d’un cadre réglementaire et de mesures de soutien de marché, permettant d’élargir l’autoconsommation de l’électricité solaire dans le bâtiment, les professionnels mettent en œuvre des mécanismes trop souvent méconnus, tel que l’autoconsommation avec réinjection du surplus. Celui-ci permet d’introduire la notion d’autoproduction de sa propre électricité en étant assuré de valoriser, quelque soit l’usage du bâtiment et le taux d’autoconsommation, la part non consommée sur site. En somme, la production électrique consommée sur place par les appareils en cours de fonctionnement (l’autoconsommation) n’est pas comptabilisée par le compteur de production, mais vient réduire le décompte de la consommation. Une solution d’une rare pertinence économique à court terme pour le marché Français !

Seul le surplus de la production par rapport aux consommations instantanées est vendu. Voici les avantages de ce dispositif:

- Baisse du prix de raccordement au réseau public
- Facilité de «dimensionnement» de l’installation
- Économies sur la facture d’électricité sur la durée de vie de la centrale électrique
- Consommation directe d’une électricité verte
- Sensibilisation des utilisateurs à la sobriété énergétique du bâtiment

Ce mécanisme est particulièrement bien adapté pour les bâtiments tertiaires, industriels et commerciaux et constitue un vecteur essentiel de la transition énergétique dans le bâtiment. SOLARDIS accompagne de nombreuses initiatives de maîtres d’ouvrage privés dans leurs démarches, comme par exemple la société de travaux SNPR à St Jacques de la Lande (35), pour qui cette solution s’est révélée la plus adaptée à ses besoins.

Du 4 au 6 mars 2015, SOLARDIS sera exposant au salon de Lyon sur le stand 4G34 dans le hall 4.
Plus d’infos…

Cet article est publié dans Actualités. Ajouter aux favoris.

Les commentaires sont fermés