Halpades : Le solaire oui ! Mais avec un partenaire expert

Plus de 10% du parc de l’Halpades ( 14 000 logements) , organisme HLM de Haute Savoie, est équipé de 70 installations de capteurs solaires thermiques. Peu satisfait du rendement de ces installations dont la plus ancienne date de 2006, le responsable patrimoine a fait réaliser un audit par le bureau d’études Tecsol. Résultats : près de 80% des installations sont soumises à des dysfonctionnements dont 40% avec des défauts majeurs. Vous avez dit problème de professionnalisation du métier ? Témoignages.

L’Halpades est un organisme HLM créé en 1957 à l’initiative des décolleteurs de la vallée de l’Arve pour loger la main d’œuvre de Haute Savoie. Aujourd’hui, l’Halpades gère 14 000 logements et trente-sept foyers pour l’essentiel en Haute-Savoie mais également en Savoie et dans l’Ain. En 2003, l’organisme prend la décision d’installer du solaire thermique pour l’eau chaude sanitaire (ECS) malgré quelques réticences dues aux contre performance qui ont émaillé les premières installations dans les années 1980. En 2004, Halpades lance ses premières opérations à l’heure où certains de ses collègues démontent les fameuses installations défaillantes des « Eighties » et Jean Luc Berthalay prend la responsabilité du service patrimoine. En 2006, une première mise en service a lieu avec pour objectif un taux de couverture de 50%. En 2007, Valérie Castan est embauché comme chargée de mission développement durable et maîtrise des charges pour assister Jean-Luc Berthalay dans la mise en œuvre de ce plan solaire ambitieux. D’autres installations solaires suivront alors à bon rythme pour coller aux exigences de la règlementation thermique et à la volonté des pouvoirs publics de l’époque d’aller vers le développement durable. Depuis 2009, Halpades s’est également engagé également dans les installations solaires en réhabilitation. « Nous obtenons ainsi des économies de charges moyennes de 2,70 à 3,10 € du m en neuf soit 110 à 120 € par an sur l’ECS et de 1,30 à 1,90 € du m en réhabilitation soit 60 à 70 € par an sur l’ECS. Notre ratio moyen de consommation s’élève à 38 m d’ECS pour un T3 de 70 m² avec quatre personnes » analyse Valérie Castan.

Des dysfonctionnements sur des installations neuves

Entre 2006 et 2014, 70 installations solaires thermiques seront ainsi implantés sur les toitures des immeubles d’Halpades. De quoi tirer un bilan ! « Le problème avec le solaire c’est qu’ en cas de dysfonctionnement les clients ne subissent aucune gêne, la chaufferie prenant le relai. Le locataire ne crie pas aux loups. Quand en plus, vous ajoutez des problèmes de suivi de fonctionnement, faute de disposer de l’information et des garanties auprès de l’exploitant, il n’est pas facile de tirer des conclusions » déplore le responsable patrimoine. En 2014, l’Halpades a pris le taureau par les cornes et a demandé au bureau d’études spécialisé Tecsol avec lequel il avait déjà réalisé une installation de très bonne qualité (voir encadré sur Beauregard), d’effectuer un audit de l’ensemble du parc solaire de l’organisme. De mai à novembre 2014, les installations seront donc passées au crible par les experts de Tecsol. Et les résultats de donner le vertige. « Nous avons trouvé des défauts sur 80% des installations dont 40 à 45% d’entre elles ont des défauts majeurs et 10% de grosses problématiques. Certains réseaux étaient même inversés. Cet audit nous a aussi montré que les dysfonctionnements n’épargnaient même pas des opérations neuves que nous venions de mettre en service. En fait, il en ressort une double problématique : les BE généralistes savent créer de la technicité sur le papier mais pas réceptionner les installations et les entreprises ne se sont pas approprié cette technicité. Les compagnons ne sont pas assez formés. Tous les acteurs de la filière aval, les BE fluides, les installateurs, les exploitants ont tous besoin d’un référent spécialisé pour une mise à niveau obligatoire des compétences » précise Jean-Luc Berthalay qui réaffirme par ailleurs sa volonté de continuer le développement du solaire malgré ce constat.

Un partenaire expert pour poursuivre l’aventure solaire

Suite à cet audit l’Halpades fait réaliser des devis pour soigner les process, réparer les erreurs commises et former les équipes. « Si l’on fait cela, la confiance reviendra. Il faut dire que Tecsol nous rassure. Nous allons investir sur un plan d’amélioration des installations. Nous sommes ainsi repartis avec le solaire pour les prochaines livraisons avec notre propre cahier des charges et des schémas de prescription largement conseillés et inspirés de l’ingénierie Tecsol. Nous sommes revenus au b.a.-ba du métier. Nous avions vraiment besoin de ce partenaire expert pour professionnaliser le métier, pour poursuivre notre engagement solaire » complète le responsable du patrimoine. Toutes les installations, les anciennes comme les nouvelles, seront désormais équipées d’un télésuivi au fil de l’eau qui transmettra des alertes en temps réel au maître d’ouvrage et à l’exploitant mais aussi des comptes-rendus et des bilans mensuels sur le fonctionnement des systèmes. « toute notre stratégie est d’anticiper les problèmes » se réjouit Jean-Luc Berthelay. Sur les 500 futurs logements qui seront construits par l’Halpades chaque année, une majorité sera équipée d’installations solaires thermiques. Dans l’ancien, c’est plus difficile. « Le solaire complique la vie de nombreux acteurs. Il manque toujours de la place en chaufferie ou sur les toitures terrasses. Le solaire entre également en conflit avec les gestionnaires de réseaux de chaleur qui l’interdise carrément arguant d’un trop plein de puissance. Pour réaliser une réhabilitation, il faut vraiment être convaincu » conclut le responsable du patrimoine.

Encadré

Beauregard, une réhabilitation réussie

Halpades a réhabilité la résidence Beauregard située à Cran Gevrier, à proximité d’Annecy. Cette résidence regroupe 202 logements répartis sur 5 immeubles. Une chaufferie centrale assure la production d’énergie pour les besoins de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire. Au cours de la réhabilitation, des capteurs solaires thermiques ont été implantés sur la toiture d’un seul bâtiment avec l’aide de Tecsol. Cette installation a pour objet de se substituer en partie à l’actuelle production d’eau chaude sanitaire utilisant le gaz comme énergie. L’installation solaire est en fonctionnement depuis avril 2011.

Les données techniques

Surface de capteurs : 125 m² de capteurs plan de marque VIESSMAN type VITOSOL 200
Volume de stockage utile solaire : 6 000 litres (2 ballons de 3 000 litres)
Besoins annuels hors bouclage : 233 664 kWh
Apports solaires annuels : 68 824 kWh proche des 30% souhaités,
18 Tonnes d’équivalent CO2 évitées par an
Productivité solaire : 591 kWh/m².an

Cet article est publié dans Actualités. Ajouter aux favoris.

Les commentaires sont fermés