Voltec : Le solaire « made in Alsace » fête son cinquième anniversaire

Spécialisée dans la fabrication de meubles en bois, la holding alsacienne Strub a diversifié son activité en 2009 en intégrant un département solaire de fabrication de modules. Les premiers capteurs sont sortis des lignes en mars 2010, il y a tout juste cinq ans. Malgré un moratoire dirimant, un marché erratique et des tarifs en berne, la PME alsacienne maintient le cap autour deux axes prioritaires : la qualité et l’innovation. De quoi entretenir l’espoir de faire briller le solaire pour longtemps encore dans le ciel alsacien. Reportage !

C’est toujours comme cela en Alsace. La surprise est totale de retrouver, en plein cœur d’un village, une usine qui fait partie intégrante de l’environnement local. A ce titre, l’Alsace se situe bien dans la tradition du capitalisme rhénan : une usine par village. A Dinsheim-sur-Bruche, pendant des années, les bruits des scies et des outils de menuiseries ont émaillé le quotidien des habitants. L’usine propriété du groupe Alsapan fabriquait des meubles stratifiés pour des distributeurs bien connus, dont l’un a inspiré l’histoire d’un fakir coincé dans une armoire. Le groupe Alsapan compte ainsi six usines dédiées exclusivement à la production, au savoir-faire industriel. L’ADN du groupe c’est la production, la production et encore la production. Alsapan, spécialiste des meubles en kit des plans de travail pour cuisine et salle de bains, est aussi le seul fabricant français de parquet stratifié

Capacité de production : 60 MW

Suite à une réorganisation en 2009, le site de Dinsheim-sur-Bruche cherchait un avenir industriel pérenne post menuiserie. L’idée viendra d’un équipementier concepteur de machines à stratifier également fabricant de laminateurs pour l’industrie photovoltaïque. Le Conseil d’Administration d’Alsapan se réunit alors pour entériner, sans tergiverser, le lancement de cette nouvelle activité prometteuse. Voltec Solar était née. Le tropisme avec le voisin germanique déjà fortement engagé dans sa sortie du nucléaire a certainement joué favorablement dans cette décision. La holding investit donc 10 millions d’euros dans une restructuration de l’usine de Disheim-sur-Bruche et dans l’acquisition d’une ligne de 25 MW. En mars 2010, la production démarre avec des perspectives ambitieuses. Quelques mois plus tard, l’heure est à la désillusion après la signature du moratoire sur le photovoltaïque. Cela n’empêche pas pour autant la direction de poursuivre ses investissements (laminateur, stringer) pour monter la capacité de production à 60 MW compte tenu également de l’augmentation de puissance des cellules. Il y a un an environ, Pierre Cantrelle, membre de la famille de la holding Strub, prend la direction générale délégué de Voltec Solar. Cet ancien cadre d’un groupe cimentier de Rhône-Alpes spécialiste de l’industrie des matériaux arrive avec un œil neuf dans ce monde complexe de la technologie solaire et des semi-conducteurs. Il apprend vite et s’ébahit surtout de la progression des coûts dans la filière : « Ce secteur du solaire a été assez atypique par rapport à des industries plus matures. Je connais peu d’industries qui ont vu les prix de vente de leurs produits divisés par cinq en cinq ans faisant passer le prix du Wc de 2,5 € à 0,5 € » confie le chef d’entreprise.

Unique : une garantie produit de 20 ans

Lors de cette folle descente des prix sur fond de course à l’armement et aux volumes au sein des majors chinoises, les GW de capacité de production ont succédé aux MW. Dans ce contexte, comment une PME française et sa capacité à 60 MW peut-elle tirer son épingle du jeu ? « Certes nos produits sont plus chers, mais ils sont différents. Nous mettons en avant la fabrication française, mais ce n’est pas qu’une posture, nous avons une réelle proximité de services et des garanties associées. Nous sommes ainsi les seuls fabricants à proposer une offre très concrète de garantie produit de vingt ans sur nos modules ce qui est différent de la garantie de vingt-cinq ans sur le rendement. Cela fait partout de nos atouts commerciaux qu’il faut prendre le temps d’expliquer à nos clients » poursuit Pierre Cantrelle. Voltec Solar dispose également d’une gamme de produits très étoffée et riche de panneaux différents : 60 ou 72 cellules, cadrés de différentes couleurs avec notamment un cadre noir très esthétique ou non cadrés, anti reflet ou pas. « Attention tout de même ! Nous ne fabriquons pas non plus de moutons à cinq pattes. Notre production aussi flexible soit elle, doit s’intégrer dans un process industriel » constate Viviane Zimmerman, en charge du marketing. Cette aptitude à la souplesse, cette faculté à s’adapter à la demande se confirme lors de la visite de l’usine de 5 000 m² de Dinsheim-sur-Bruche flanquée de toutes les certifications possibles ISO 9001, 14 001 et 18 001. En fin de ligne notamment, l’automatisation n’est pas aussi prégnante que dans d’autres usines de ce type. De nombreuses phases sont ainsi effectuées manuellement comme l’interconnexion des strings plutôt réservée aux femmes plus patientes et plus méticuleuses mais aussi la pose des boîtes de jonction premium et très qualitatives, l’ébavurage, la pose de mousse, le cadrage, le limage pour éviter les blessures ou encore le flashage. Ce faible taux d’automatisation permet à Voltec de modifier assez rapidement ces process pour s’adapter à une demande particulière. Chez Voltec Solar, rien n’est jamais figé !

Un million d’euros d’investissement en 2014

L’an dernier et sur la partie la plus automatisée, la société a investi plus d’un million d’euros sur un marché plutôt chahuté, et ce, dans une logique d’amélioration continue du process. Objectifs : réduire les temps de cycle et diminuer le taux de casse. « Nous avons ainsi investi dans une deuxième presse chaude au niveau de la lamination pour limiter les chocs thermiques et nous avons remplacé notre machine de soudure par électrodes par une machine à soudure à infrarouge au process plus linéaire. Ces équipements sont made in Germany. De quoi parfaire encore la qualité de nos produits » assure Pierre Cantrelle. Pour le premier trimestre 2015, le carnet de commande de la société Voltec Solar est bien rempli. Après, ce sera au fil de l’eau et des nouvelles opportunités. L’année 2014 a été plutôt satisfaisante avec un CA de 25 millions d’euros (11 millions d’euros en 2013) et du travail 7 jours sur 7 sur 363 jours. « La bonification de 10% nous a beaucoup aidés pendant un an. Clipsol par exemple est ainsi revenu vers nous. Satisfait du résultat, il conserve ce partenariat fructueux » se réjouit Vivianne Zimmermann. L’année 2015 apparaît quant à elle plus incertaine. L’usine s’est arrêtée de tourner le week-end remettant une vingtaine d’intérimaires sur le marché du travail. Voltec Solar compte aujourd’hui une cinquantaine de salariés. L’objectif de CA pour 2015 est affiché à 15 millions d’euros. Plus en cas de bonnes nouvelles gouvernementales. « Le marché domestique se contracte. On manque de visibilité. Nous avons l’impression de ne pas nous en sortir avec ces décalages d’appels d’offres très cruels pour l’industrie. Le principe même du mécanisme de soutien est en cause. Nous discutons et sommes consultés néanmoins pour le deuxième semestre 2015 tout en étant très prudent sur le plan de charge et la démarche commerciale. Nous avons de bonnes pistes. Nous entretenons également un créneau de clientèle rassuré par notre démarche sérieuse. La crédibilité vient aussi de nos actionnaires qui nous assurent une forme de pérennité. Voltec Solar est là pour durer » confirme Pierre Cantrelle qui axe aussi le développement sur l’export : l’Angleterre (voir encadré) mais aussi le Bénélux, l’Allemagne, la Suisse, l’Autriche. Voltec Solar avance ainsi avec humilité, projet après projet, sûre de son savoir-faire et de sa politique de qualité. L’entreprise capable de fournir des attestations bancaires sur la solidité financière de l’entreprise est aussi en capacité de réaliser de grands projets de plusieurs MW. Elle veut plus que tout inspirer une confiance tranquille à ses clients dans un secteur qui a trop souffert de faillites industrielles. Et la holding de donner l’exemple. Tous les sites industriels du groupe sont équipés en solaire pour une puissance totale de 1,5 MWc. Voltec Solar travaille également pour son usine de Dinsheim sur Bruche sur un projet en autoconsommation de 30 à 50 kWc financé à 30% à l’investissement par la Région Alsace, « une formule très simple et très bien » dixit Viviane Zimmermann. Une installation, à l’étude avec le BE Tecsol, qui sera opérationnelle fin 2015 !
Voilà donc cinq ans que le groupe Strub spécialiste De la transformation du bois s’est marié avec l’énergie solaire pour le meilleur et pour le pire. Cinq ans, l’anniversaire des noces de bois, cela ne s’invente pas !

Encadrés

Voltinov, la cellule grise de l’innovation chez Voltec solar

Voltec Solar a une petite société sœur indépendante qui compte cinq salariés et qui a pour vocation à réfléchir à des solutions innovantes sur la partie module. Créée fin 2010, Voltinov soutenue par le FUI (Fonds Unique Interministériel) dans le cadre du pôle Fibres-Energivie a travaillé avec l’INSA de Lyon sur un projet de modules bi-verres (1,2 MW) rafraîchis par aspersion pour des serres en Vendée. L’entreprise VOLTINOV a été accréditée par le CIR au dernier trimestre 2014 a été accrédité par le Crédit d’Impot Recherche au dernier trimestre 2014. Sur la base des données collationnées par les étudiants de l’INSA, les ingénieurs de Voltinov établissent des calculs en termes d’amélioration du productible module, de transparence mais aussi de durée de vie des produits. Autre axe de recherches : l’autoconsommation couplée à du stockage sur batterie. Voltinov collabore ainsi au projet Solenbat, issu de la collaboration d’industriels alsaciens (Voltec, Hager, Socomec), initialisé, porté et labellisé par le Pôle de compétitivité. Solenbat est dédié au bâtiment à énergie positive (BEPOS). Sur la partie module en autoconsommation, Voltinov apporte son savoir-faire sur l’intégration/orientation des modules (est-ouest) et sur le développement d’un soft. Le socle de connaissances et de potentiel R&D de Voltinov n’est pas non plus neutre pour les opérateurs à l’heure de se positionner sur les appels d’offres CRE qui participe au développement des innovations. « Nous apportons des solutions de R&D sur la partie modules. Les dix points en jeu ne sont pas à négliger au-delà du seul prix et des bilans carbones. Nous attendons d’ailleurs les nôtres pour le courant du mois de mars. Ils devraient être performants » estime Pierre Cantrelle.

Voltec Solar se développe outre-Manche en partenariat avec Wagner Renewables

Voltec Solar, fabricant français de modules photovoltaïques, poursuit son développement commercial au Royaume-Uni, en renouvelant son partenariat avec Wagner Renewables, distributeur spécialisé en Energies Renouvelables, situé dans le West Sussex. Suite à la reprise du contrôle de son capital, Wagner Renewables est devenue une entreprise 100% britannique. Elle en a profité pour restructurer son portefeuille de marques, et positionné Voltec Solar comme produit-clé pour le marché résidentiel.
Mark Osborne, le Directeur Général de Wagner Renewables a commenté : «Nous avons travaillé avec Voltec Solar pendant plus que deux ans, et le nombre de clients qui choisissent ce produit pour les systèmes domestiques se développe rapidement, mois après mois. Voltec Solar offre une garantie produit de 20 ans, égale à la durée du contrat d’achat de l’électricité, ce qui rassure les propriétaires.

Chez Voltec Solar, nous sommes très heureux de renforcer notre position sur le marché britannique en partenariat avec Wagner Renewables. Depuis que nous avons démarré l’activité au Royaume-Uni il y a deux ans, nous avons livré des projets pour une clientèle variée, dont des parcs de loisirs, des sites industriels et même des clients renommés, comme la Croix-Rouge au Royaume-Uni. L’équipe de Wagner Renewables est très compétente sur la gamme proposée, et obtient ainsi un taux élevé de fidélisation, ce qui nous a énormément aidé à faire connaître notre marque au Royaume-Uni .
Mark Osborne de Wagner Renewables précise : « Avec la réglementation européenne sur les tarifs encore en vigueur, de nombreuses offres peu fiables ont eu pour effet de réintroduire des marques inconnues, de qualité douteuse, ce qui sème la confusion sur l’industrie et sape la crédibilité de notre secteur. Voltec Solar, fait partie d’un groupe industriel, actif depuis plus de 20 ans. Dans ce cadre, nos clients installateurs peuvent fournir à leurs clients une option sûre et crédible, en toute tranquillité d’esprit ».
Des partenariats avec d’autres distributeurs du Royaume-Uni, SOLEN Energy et PV KITS Direct, se sont mis en place ses derniers mois.

Nera, un système d’intégration design signé Voltec

Voltec Solar a développé un système d’intégration au bâti esthétique et très qualitatif, sans aucun joint, qui répond au nom de Nera. D’une durée de vie substantielle, Nera a été validé par un Pass Innovation en 2011. Il se pose et s’encastre du haut vers le bas. Il est fixé par trois vis. Nera est étanche à partir de 10° de pente. « Nera, c’est mieux qu’une tuile » assure Vivianne Zimmermann qui en profite par ailleurs pour lancer un petit coup de gueule. « L’intégration au bâti est devenu un enfer. Le fait de faire systématiquement valider par une ETN ou un Pass Innovation la combinaison module et système est un véritable pensum. Cela coûte très cher aux entreprises et pose des problèmes de validation par les assurances. Si les grands groupes arrivent à les faire passer, les PME sont soumises à la contrainte. C’est très difficile à supporter ». Dont acte !
Plus d’infos…

Cet article est publié dans Actualités. Ajouter aux favoris.

Les commentaires sont fermés