Ecopôle de la Sanef : Un tremplin solaire à énergie positive

Soprema Entreprises a mis en œuvre l’ensemble de la façade ainsi que la toiture végétalisée et photovoltaïque du nouveau siège du réseau Est de la Sanef à Reims, au niveau de l’échangeur autoroutier A4/A26. Le bâtiment, de 2 500 m² SHON, est un BEPOS – bâtiment à énergie positive – immergé au cœur du site paysager de 8 hectares.

Plus de 89 000 kWh d’énergie produite par an

Afin de produire plus d’énergie qu’il n’en consomme, Soprema Entreprises a équipé le nouveau bâtiment BEPOS de 800 m² de panneaux photovoltaïques en toiture. De type SOPRASOLAR® FIX, les 399 panneaux de 250 Wc/u soit 99,75 kWc vont produire 89 475 kWh par an d’énergie compensant l’ensemble de la consommation de l’écopôle : chauffage, éclairage, ventilation, mais aussi toute la consommation électrique du centre de supervision des péages, centre d’assistance informatisé qui fonctionne 24h/24, 365 jours/an.

Un bâtiment parfaitement intégré dans le site paysager

«Le bâtiment est conçu comme une longue nef émergeant peu à peu du sol et insérée dans un aménagement paysagé aux tracés géométriques, évoquant les paysages ouverts de la Champagne agricole », explique Michel Rigaud, l’architecte du projet. Grâce à la mise en œuvre de la toiture végétalisée, l’écopôle, imaginé par Grzeszczak et Rigaud Architectes, se confond ainsi avec le paysage dans lequel il est intégré. 240 m² de végétalisation Sopranature® Toundra par semis et plantation constitue la partie immergée de la toiture dans le sol. Au-delà de l’esthétisme, la toiture végétalisée participe également à la performance énergétique du bâtiment certifié HQE Performance. Le complexe végétal favorise en effet l’inertie thermique du bâtiment et régule l’évacuation des eaux de pluie.

Une façade multi-bardages complexe à poser

La ligne des façades suit la progression de la pente du bâtiment. « D’abord simple paroi en béton brut, la façade se complexifie à mesure que le bâtiment grandit, devenant de plus en plus sophistiquée, riche de détails », ajoute Michel Rigaud. L’enveloppe du bâtiment est ainsi composée d’une multitude de bardages verticaux. « La pose du bardage a nécessité un important travail de préparation en amont avec l’entreprise de gros œuvre et de menuiseries afin de respecter l’implantation précise des ouvertures par rapport aux modules de bardage », explique Christophe Verger, chef de secteur de l’agence Soprema Entreprises de Reims. Des contraintes d’autant plus difficiles à gérer que le chantier devait être livré dans un délai très serré. Pour garantir une performance énergétique optimale, la façade reçoit une isolation en laine de verre de 200 mm d’épaisseur de type Isofaçade 35R.
Plus d’infos…

Cet article est publié dans Actualités. Ajouter aux favoris.

Les commentaires sont fermés