« L’industrie solaire a besoin d’un engagement continu du gouvernement français»

La firme américaine First Solar, leader mondial des couches minces, commencera la construction de son usine dans l’éco parc de Blanquefort début 2011 au plus tard. L’occasion de faire un point sur les objectifs de First Solar sur le marché français avec Pierre-Yves Le Borgn, vice président des relations extérieures d’un groupe qui a fait du solaire pour tous sa marque de fabrique. Pour preuve : le Wc First Solar sort déjà de l’usine à 0,76 dollar ! Entretien.

Plein Soleil : A quelle date sont prévus les débuts des travaux de construction de votre usine de Blanquefort, près de Bordeaux en région Aquitaine ?
Pierre-Yves Le Borgn : Nous sommes d’ores et déjà prêts à commencer les travaux de l’usine. Nous débuterons le chantier dès que nous aurons reçu les permis de construire et d’Installation Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE). Notre objectif est de poser la première pierre au plus tard en janvier 2011.
PS : A quelle date sortirez-vous vos premiers panneaux « français » ?
P-Y LB : Nous devrions produire les premiers panneaux à Blanquefort fin 2011 et commencer à livrer notre principal client EDF EN à l’aube de 2012.

La disponibilité d’une main d’œuvre hautement qualifiée

PS : Qu’est ce qui vous a poussé à choisir la Région Aquitaine plutôt qu’une autre région de France ? Vous étiez, je crois, également en contact avec le Languedoc-Roussillon ?
P-Y LB : Notre lieu d’implantation a été choisi après de nombreuses visites et un travail intensif dans toute la France avec à la clé pléthores de discussions et de consultations avec les autorités locales. La décision de s’implanter à Blanquefort dépend d’une longue checklist de considérations, incluant des spécificités techniques, logistiques, la facilité d’attirer une main d’œuvre qualifiée, la présence d’infrastructures locales adaptées mais aussi les aspects environnementaux.
Au final, le site de Blanquefort a été choisi grâce aux infrastructures existantes, notamment quant à l’état de l’art de l’usine de traitement des eaux usées située au voisinage de l’Ecoparc et la disponibilité d’une main d’œuvre hautement qualifiée. Ce site réunit l’ensemble de nos attentes sur le plan technique, bien au-delà de tous les autres sites.
PS : Avez-vous négocié avec la région Aquitaine des terrains afin d’installer des fermes solaires ?
P-Y LB : Nous sommes catégoriques. Absolument pas.
PS : Avec la future évolution des tarifs, la surimposition risque de primer sur le BIPV. Vos produits sont bien positionnés pour la surimposition notamment en termes de coût. Quels sont vos objectifs en la matière ?
P-Y LB : First Solar est très active sur les deux activités de centrales au sol et en installations PV en surimposition toitures. Nous avons une longue liste de projets de référence pour ces deux segments tout en poursuivant notre travail qui est de fournir à nos clients des systèmes solaires à un prix hautement compétitifs.
En effet, en combinant notre profil environnemental, nos bonnes performances ainsi que nos grands volumes produits, First Solar est une des rares sociétés apte à fournir des solutions énergétiques à bas coûts en phase avec la réalité.

Un lien très fort avec EDF EN

PS : Que pouvez-vous nous dire de votre partenariat avec First Solar ?
P-Y LB : Généralement, First Solar établit ces partenariats dans une vision de long terme en essayant que les deux parties en tirent le maximum de bénéfice.
Nous entretenons ainsi un lien très fort avec notre partenaire EDF EN d’abord parce que EDF EN a construit un nombre important de projets avec nos modules solaires depuis plusieurs années, incluant bien sûr le projet de 7 MW de Narbonne. Mais l’accord de long terme pour développer le marché français de l’électricité solaire a été le détonateur de notre décision d’investir en France.
EDF EN a levé 500 millions d’euros pour financer son développement dans le secteur du PV et a programmé un objectif d’installation de 500 MW de modules solaires pour 2012. En référence, le total des installations PV en France n’excédait pas 105 MW en 2008.
Il s’agit donc là d’un partenariat stratégique afin d’alimenter EDF EN sur le long terme avec des modules First Solar fabriqués localement.
PS : Quels sont vos objectifs sur le marché Français ?
P-Y LB : La décision d’investir en France reflète les convictions de notre société dans le potentiel du marché français qui peut devenir un des plus importants d’Europe.
La France dispose d’un immense potentiel pour intégrer du PV au sein de son réseau électrique grâce à ses forts taux d’ensoleillement et son grand nombre de sites propices à de beaux projets. Ceci devrait aider la France à remplir son mandat qui est de produire 23% de son électricité à partir de sources renouvelables et particulièrement le solaire en 2020.

Stimuler la nécessaire demande de long terme

PS : Comment jugez-vous les politiques erratiques françaises en matière de PV et êtes-vous confiants en tant qu’industriels et investisseurs face à tant de modifications ?
P-Y LB : Notre mission est d’être capable de façonner un monde d’énergies propres, via une électricité solaire abordable. La clé pour produire de l’électricité solaire abordable : étendre nos opérations et poursuivre continuellement l’efficacité de la conversion PV. Avec pour effet de réduire les coûts d’usinage. Aujourd’hui, First Solar affiche en sortie de lignes un Wc à 0,76 dollar. L’éolien avait pour tradition d’être cher, également, mais le soutien du gouvernement via les économies d’échelle a été tel, que cette énergie est devenue compétitive face aux autres sources d’énergie. Afin de stimuler la nécessaire demande de long terme et la structuration du marché, l’industrie solaire aura besoin d’un support similaire et d’un engagement continu du gouvernement français pour soutenir les investissements dans les infrastructures d’énergies renouvelables.
Notre décision d’investir en France représente une marque de confiance dans la capacité des politiques mises en place par le gouvernement français depuis le Grenelle de l’Environnement de promouvoir les énergies renouvelables et de permettre à l’électricité solaire d’être compétitive avec d’autres formes d’énergie.

Un chiffre : La production de First Solar devrait atteindre 2,2 GW en 2012.

Cet article est publié dans Actualités et tagué . Ajouter aux favoris.

Les commentaires sont fermés